Accéder au contenu principal

Juillet, le mois des critiques

Un petit retour sur les nouvelles que l'on a publiées, cela fait toujours plaisir. Pour l'instant, les bloggeurs ne sont pas encore saisis de tous les recueils, l'anthologie Ex Machina d'Elenya éditions est la plus critiquée. Est-ce parce que le steampunk touche une communauté de passionnés ou grâce au travail de communication de la maison d'édition ? Sans doute un peu des deux.

La revue Gandhar n°4 où ma dernière nouvelle a été publiée fait également l'objet d'une critique sur Yozone, mais la publication est récente, il y en aura sans doute d'autres les prochaines mois (sur ActuSF, Noosfere ou Bifrost, qui sait ?).

Les lecteurs ont globalement aimé, voire beaucoup aimé, ce qui fait plaisir à lire. Cela m'encourage pour la suite. Créer son univers, trouver son lectorat, n'est-ce pas le but de tout écrivain ?


Avis sur "Le fabuleux royaume du prêtre Jean"
Une nouvelle à une époque antique avec du steampunk mêlant la quête d'un royaume aux légendes de cette période. Une histoire intrigante, originale, un brin philosophique.

Une histoire très surprenante où on apprend que ce qu'on cherche n'est pas forcément conforme à l'image qu'on en a et qu'on peut tomber dessus là où on ne l'aurait pas cru.




Mélangez la religion chrétienne, les mythes aztèques, la culture africaine et ses paysages (surtout égyptiens), l'esclavage (surtout le commerce triangulaire) avec un soupçon de steampunk uchronique à vapeur, vous obtiendrez ce « joyeux » bazar de nouvelle. La galère d'un missionnaire en quête d'Eldorado paradisiaque où les codes sont inversés, Aztèques marchands et pourvoyeurs, Africains seigneurs et rois du monde. Retournement terrifiant qui fait réfléchir. Prouesse historique d'une grande inventivité.




Avis sur "Albert Cohen contre les méchants Qlipoths” 
"Albert Cohen contre les méchants Qlipoths" met en avant un pauvre vieux qui veut en finir une bonne fois pour toutes. La corde au cou, il est dérangé dans son cérémonial. Soit-disant qu’il serait quelqu’un d’important, que la survie de la Terre reposerait sur son existence. Au cœur d’une guerre entre les serviteurs du bien et du mal, lui qui cherche à se suicider est obligé de fuir pour ne pas être assassiné. La situation s’avère pour le moins cocasse !

Danny Mienski, dont l’orthographe diffère entre le sommaire et la nouvelle, nous livre de beaux moments de bravoure. C’est mouvementé et amusant à plus d’une reprise, mais le thème n’est qu’effleuré.



Toutes les avis sont "positifs" au sens que la critique est toujours bonne à prendre. Je m'intéresse aussi à la façon dont l'auteur résume l'histoire. Ce qu'on croit avoir réussi, et même ce qu'on croit avoir "dit" au travers de son histoire, n'est pas toujours ce qu'on croit, il y a le texte et la réception du texte par les lecteurs. C'est ce que signifie la phrase "c'est subjectif", car c'est nécessairement subjectif : le texte est une matière flottante entre deux sujets, l'auteur et le lecteur, et c'est le lecteur qui lui donne sa forme finale, dans son imaginaire, avec le sens que les mots ont pour lui, par rapport à son vécu, à ses références culturelles.

C'est pour cela qu'il me semble intéressant de lire également les autres critiques de l'auteur : pour voir son degré de "séverité" dans les avis, ses thèmes de prédilection...

Vous avez donc toute votre place, si vous tenez un également un blog ou si vous avez un compte facebook, pour donner votre avis de lecteur sur l'une des mes nouvelles. Je me ferai un plaisir de partager un lien vers votre page.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Eloge du vouvoiement

Ringard, le vouvoiement ? Le "vous" serait-il condamné à disparaître, comme le panda et l'éléphant d'Afrique ? Reconnaissons-le, le vouvoiement impose d'office une distance, une division des espèces. Il rappelle l'aristocratie, la relation de maître à serviteur. On ne veut plus vouvoyer car on ne veut plus de cette forme d'autorité, des relations à sens unique. On veut communiquer d'égale à égale entre deux amis potentiels, tu1 et tu2. Tu=tu Le tutoiement systématique, la féminisation des mots et le mariage gay sont les trois symboles du changement de paradigme qui s'opère sous nos yeux. Exit la société patriarcale et bienvenu dans le village planétaire. Celui où le personnel côtoie le privé. Où l'intime se donne à voir sur les réseaux sociaux. Les relations sont horizontales, la pyramide sociale a été remplacée par un monde plat. C'est plus simple, c'est plus sympathique, c'est plus rapide aussi. Mais n'a-t-on

Mon péché mignon : les livres anciens

Seigneur, pardonnez-moi parce que j'ai péché... Je collectionne les livres anciens. Vous savez, les vieux livres qu'on trouve sur les établis des brocanteurs, ou rangées dans des caisses encore pleines d'araignées dans les vide-greniers.  Ils sentent quelque fois le moisi, leurs couvertures en carton peuvent être abîmées ou tâchées, les pages sont jaunies par le temps, avec quelque fois de jolies rousseurs sur certaines pages. Je l'avoue, j'aime ce qui est vieux et décrépi, j'aime sentir sous mes doigts le contact pâtinée d'une page qui aura eu d'autres lecteurs, j'aime respirer le parfum du siècle passé, j'aime regarder des photographies en noir & blanc, imprimée par d'étranges machines, sur des pauses extrêment longues, ou toucher du doigt les gravures, parfois protégées d'un voile transparent, comme dans les anciennes Bibles. Tous les livres anciens ne se valent pas. Certains sont rares avec beaucoup de valeur (essaye

Premier jour : l'idée, l'intrigue et ça démarre !

80 jours pour écrire un livre. Première journée. Il a fait beau, pas trop non plus, juste ce qu'il faut pour garder le moral sans avoir envie de partir à la plage. Je suis sorti écrire sur le balcon. J'avais besoin de poser mes idées sur le papier. J'ai hésité entre le stylo et le crayon de bois. J'ai redécouvert il n'y a pas très longtemps le plaisir d'écrire au crayon gris. C'est gras, c'est doux, c'est chaud... mais on a du mal à se relire. J'ai utilisé le stylo. Noir pétrole. Plastique Mou. Même pas froid. Tiède. C'était moins agréable mais je pouvais me relire. Qu'est-ce que j'ai écrit cette première journée ? En fait, j'ai surtout pensé et discuté avec ma compagne (désolé, mesdames !) de mes idées de scénario, du thème du concours. Le thème du courage, c'est joli, mais c'est aussi assez abstrait. Ca bloque un peu quand on ne veut pas écrire un essai mais une histoire, avec des lieux physiques, des personnage