Accéder au contenu principal

Une nouvelle critique pour "Les Temps maudits" et une bonne nouvelle

Cette fois, c'est le tour du Bazar de la Littérature. Comment suis-tombé sur cet avis de lecture ? J'étais sur Internet, je cherchais la date exacte de publication de mon recueil pour voir s'il pouvait être envoyé à un prix littéraire (le Prix Boccage en l'occurrence). C'est en regardant les résultats que je vois apparaître le titre de mon livre sur le site du Bazar de la Littérature. Je ne me souvenais pas avoir déjà lu sa critique. J'ai cliqué.



Pour commencer, j'ai été agréablement surprise par l'élégance du site, c'est très lisible. Les critiques sont toutes approfondies et "très franches".

En quelques mots, disons qu'il y a du bon et des points à améliorer. La première nouvelle (qui est le premier volet de l'histoire) remporte tous les suffrages :

"La première, baptisée Les Lions bleus démarre en 1772, sur un navire négrier qui fait route vers les Amériques. Cette histoire a ma préférence car je m’y suis facilement laissée immerger. Je visualisais le navire, les cales, les esclaves, la maladie, la mort… et les attaques. J’y ai cru."


C'est assez étonnant : certains lecteurs préfèrent la première nouvelle, d'autres la seconde, d'autres la troisième. J'ai tout de même l'impression que la première histoire, celle sur le navire négrier, fait consensus. Les deux histoires adoptent des structures plus complexes, avec des aller-retour dans le temps, des bonds dans l'histoire, certains lecteurs peuvent être désarçonnés, tandis que d'autres apprécient l'effet produit sur le récit, l'impression d'accélération. Je dois tout de même y faire attention. C'est une bonne leçon pour moi.



C'est vrai aussi que j'avais beaucoup travaillé sur le premier récit. C'était le grand ménage de printemps, j'avais tout inspecté, du grenier à la cave. J'avais dû abattre des cloisons, revoir le papier peint, la décoration. L'avantage avec le traitement de textes, c'est que tous les gravats se retrouvent très vite dans la corbeille.

Cela ne veut pas dire que les deux autres récits n'ont pas bénéficié d'une relecture attentive, avec la réécriture de passages entiers, mais ce sont des récits plus anciens, dont l'histoire me hantait depuis longtemps et qu'il me tenait à cœur de voir publiés un jour. C'est chose faite. Comme tout artisan, on ne cesse jamais de s'améliorer en pratiquant.

Pour preuve, je travaille depuis un certain temps sur mon prochain roman. En attendant, j'ai envoyé une nouvelle à un appel à textes "spécial Cthulhu". H. P. Lovecraft étant l'un des auteurs qui m'a le plus marqué, j'avais particulièrement envie de lui rendre hommage.

C'est chose faite : je viens d'apprendre que ma nouvelle a été retenue pour publication dans le prochain numéro de la revue Horrifique, "le plus ancien fanzine au Canada". J'en reparlerai dans un prochain post.

En attendant, je souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année à tou.te.s mes lecteurs.trices !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Eloge du vouvoiement

Ringard, le vouvoiement ? Le "vous" serait-il condamné à disparaître, comme le panda et l'éléphant d'Afrique ? Reconnaissons-le, le vouvoiement impose d'office une distance, une division des espèces. Il rappelle l'aristocratie, la relation de maître à serviteur. On ne veut plus vouvoyer car on ne veut plus de cette forme d'autorité, des relations à sens unique. On veut communiquer d'égale à égale entre deux amis potentiels, tu1 et tu2. Tu=tu Le tutoiement systématique, la féminisation des mots et le mariage gay sont les trois symboles du changement de paradigme qui s'opère sous nos yeux. Exit la société patriarcale et bienvenu dans le village planétaire. Celui où le personnel côtoie le privé. Où l'intime se donne à voir sur les réseaux sociaux. Les relations sont horizontales, la pyramide sociale a été remplacée par un monde plat. C'est plus simple, c'est plus sympathique, c'est plus rapide aussi. Mais n'a-t-on

Mon péché mignon : les livres anciens

Seigneur, pardonnez-moi parce que j'ai péché... Je collectionne les livres anciens. Vous savez, les vieux livres qu'on trouve sur les établis des brocanteurs, ou rangées dans des caisses encore pleines d'araignées dans les vide-greniers.  Ils sentent quelque fois le moisi, leurs couvertures en carton peuvent être abîmées ou tâchées, les pages sont jaunies par le temps, avec quelque fois de jolies rousseurs sur certaines pages. Je l'avoue, j'aime ce qui est vieux et décrépi, j'aime sentir sous mes doigts le contact pâtinée d'une page qui aura eu d'autres lecteurs, j'aime respirer le parfum du siècle passé, j'aime regarder des photographies en noir & blanc, imprimée par d'étranges machines, sur des pauses extrêment longues, ou toucher du doigt les gravures, parfois protégées d'un voile transparent, comme dans les anciennes Bibles. Tous les livres anciens ne se valent pas. Certains sont rares avec beaucoup de valeur (essaye

Premier jour : l'idée, l'intrigue et ça démarre !

80 jours pour écrire un livre. Première journée. Il a fait beau, pas trop non plus, juste ce qu'il faut pour garder le moral sans avoir envie de partir à la plage. Je suis sorti écrire sur le balcon. J'avais besoin de poser mes idées sur le papier. J'ai hésité entre le stylo et le crayon de bois. J'ai redécouvert il n'y a pas très longtemps le plaisir d'écrire au crayon gris. C'est gras, c'est doux, c'est chaud... mais on a du mal à se relire. J'ai utilisé le stylo. Noir pétrole. Plastique Mou. Même pas froid. Tiède. C'était moins agréable mais je pouvais me relire. Qu'est-ce que j'ai écrit cette première journée ? En fait, j'ai surtout pensé et discuté avec ma compagne (désolé, mesdames !) de mes idées de scénario, du thème du concours. Le thème du courage, c'est joli, mais c'est aussi assez abstrait. Ca bloque un peu quand on ne veut pas écrire un essai mais une histoire, avec des lieux physiques, des personnage