Accéder au contenu principal

Ô Mage Ô Pierre Larousse !

A l'occasion du bicentenaire de Pierre Larousse (1817-2017), j'ai écrit un texte humoristique sous forme de slam-poésie.



En réponse à Catherine


Ça alors, Pierre Larousse, tu permets que je t’appelle Pierre ?
Je n’avais jamais réfléchi au prénom d’un dictionnaire
Est-ce que le Petit Robert est de la famille ?
Est-ce que Bescherelle est ta fille ?
Pierre Larousse a été, pour beaucoup, un second parrain
Avant d’écrire son nom, on pouvait égrener, un par un
Les images et les schémas, les photos et les portraits
Moi, je m’amusais à les recopier en cinquante nuances de grey

Pierre, tu t’appelles pierre et sur cette pierre, tu as bâti la langue


Pierre Larousse, tu peux être fier
De ton dictionnaire
Quand on passe à lui, on pense à toi
Et quand je pense à toi, je pense à cette fois
Où je suis tombé, dans ton dico, sur un mot cochon
Et pas qu’un ! Ils y sont tous, même les tétons !
La langue vernaculaire
Peut aussi être vulgaire

Pierre, tu t’appelles pierre et sur cette pierre, tu as bâti la langue

Pierre, te souviens-tu des feuilles roses ?
Il y avait des proverbes, des maximes et du latin en prose
Oui, des citations latines dans un dico de français
Et pourquoi pas le langage des fleurs dans un manuel de sciences nat' ?

C’était le bon vieux temps, car le dico
Sans cesse intègre de nouveaux mots
Moi qui croyais que le Larousse était gravé dans le marbre
On n’a pas fini de couper des arbres

Pierre, tu t’appelles pierre et sur cette pierre, tu as bâti la langue

Aujourd’hui, les ordinateurs corrigent les mots mal écrits,
Avec un portable, plus besoin d’écrire les mots, on les crie
Larousse sera-t-il remplacé un jour par Larousse.fr ?
La disparition du dictionnaire, est- ce qu’on laissera faire ?
Je dois t’avouer, mon petit Pierre
Je ne consulte pas souvent le dictionnaire
Je dois aussi te dire un secret en aparté
Quelquefois, j’échange des lettres avec Émile Littré



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

A réécouter en postcast : mon interview sur Radio Fidélité

Radio Fidélité, c'est une radio locale qui émet notamment à Nantes, Pornic et Châteaubriant. L'entrée du bâtiment est très discrète, cachée derrière une porte cochère. J'ai eu la bonne surprise de découvrir une véritable bibliothèque dans les murs de la radio. Bref, j'étais chez moi :)
J'ai accepté avec grand plaisir l'invitation de Myriam. Elle savait que j'avais publié un Guide des éditeurs de fiction en 2015, dans le cadre de mes activités au sein de l'association Le Cercle des écritures de Nantes. Comme nous avions beaucoup parlé d'autoédition pour préparer l'émission, je pensais que l'entretien allait tourner autour de cette question, mais l'entretien, très varié, a été l'occasion de parler de mon recueil Les Temps maudits, de l'évolution de ma relation aux lecteurs, ainsi que de l'association des Romanciers nantais, dont je suis également membre (je fais même partie du CA depuis peu).
L'émission a été diffusée le jo…

Qui a tué Willy Wolf ?

Il est parfois étrange de voir comment la réalité rejoint la fiction. Lorsque j'avais écrit "Drapeau blanc", le second récit des Temps maudits, je m'étais documenté sur l'ancien pont transbordeur de Nantes. L'histoire se déroule au début du 20ème siècle. Joseph, un ancien légionnaire, tombe amoureux de Carmen, une trapéziste. Ils vont grimper la nuit sur le pont transbordeur. Ce sera le point culminant de l'histoire mais je n'en dis pas plus.



Or, il se trouve qu'en 1925, un certain Willy Wolf, ancien légionnaire lui-même et acrobate, va monter la nuit sur le pont transbordeur pour effectuer un saut périlleux. Il y aura un accident et son corps disparaîtra dans la Loire...



Cette tragédie a marqué les esprits à l'époque. De nombreuses cartes postales ont circulé, représentant Willy Wolf dans son habit d'acrobate à tête de mort (!).  Stéphane Pajot, écrivain, journaliste à Presse Océan et auteur de nombreux livres sur l'histoire de Nante…

Mon péché mignon : les livres anciens

Seigneur, pardonnez-moi parce que j'ai péché...
Je collectionne les livres anciens. Vous savez, les vieux livres qu'on trouve sur les établis des brocanteurs, ou rangées dans des caisses encore pleines d'araignées dans les vide-greniers.  Ils sentent quelque fois le moisi, leurs couvertures en carton peuvent être abîmées ou tâchées, les pages sont jaunies par le temps, avec quelque fois de jolies rousseurs sur certaines pages.
Je l'avoue, j'aime ce qui est vieux et décrépi, j'aime sentir sous mes doigts le contact pâtinée d'une page qui aura eu d'autres lecteurs, j'aime respirer le parfum du siècle passé, j'aime regarder des photographies en noir & blanc, imprimée par d'étranges machines, sur des pauses extrêment longues, ou toucher du doigt les gravures, parfois protégées d'un voile transparent, comme dans les anciennes Bibles.
Tous les livres anciens ne se valent pas. Certains sont rares avec beaucoup de valeur (essayez de retrouver …