Accéder au contenu principal

Retour sur ma première séance de dédicaces !

C'est un bilan très positif. Ma première dédicace pour Les Temps maudits s'est déroulée le samedi 10 juin à l'Espace culturel du Leclerc Pôle Sud de Basse-Goulaine. C'était une journée très chaude, et beaucoup de Nantais étaient à la plage. De l'aveu de la directrice, c'était une journée moyenne le matin et très très moyenne l'après-midi. Malgré cela, j'ai pu rencontré un bon nombre de personnes... et de futurs lecteurs !


Le stand peut être intimidant. Rencontrer un nouvel auteur aussi, alors c'était à moi de faire le premier pas. A deux exceptions près. En début d'après-midi, j'entends un "bonjour" franc. Je suis en train de noter quelque chose dans mon carnet. Je lève la tête, c'est un enfant de 5 ans... La deuxième, c'est un adolescent touché par la trisomie 21, il me dit "bonjour", me sert la main et me présente à sa mère ! Ah ! Si tout le monde pouvait avoir la trisomie 21, le monde serait plus beau !


A la fin de la journée, j'avais échangé avec une vingtaine de personnes. Tout le monde ne pouvait pas être intéressé par mon recueil de nouvelles fantastiques. "Je n'aime ni les nouvelles, ni le fantastique", me dit d'entrée de jeu un vieux monsieur avec un chapeau de paille. Ca commençait bien..."Ce n'est pas mon truc", explique une femme. - Que préférez-vous ? - Les romans policiers, me répond l'un ; les romans policiers historiques, me dit une autre. "Mon mari et moi, nous sommes très terre-à-terre", assène une femme. D'accord, mais si vous connaissez le nom de votre maladie, c'est peut-être le moment de pratiquer une médecine littéraire ?


Une jeune femme adorait le fantastique, mais uniquement les histoires de vampire et de loup-garou. Pour une autre, plus âgée, c'étaient les elfes et les lutins. J'ai expliqué que le premier récit s'appuyait sur un conte africain et que la deuxième se baisait sur des légendes de démons chinois, mais, même pour les lecteurs du genre fantastique, il y a des affinités sélectives. On ne peut pas plaire à tout le monde.



Je tiens donc à remercier les lecteurs qui ont pris le temps de discuter avec moi et qui sont repartis avec une dédicace :
  • Julie et Sandra, qui le liront sur la plage
  • Raphaël, qui a acheté le livre pour son anniversaire (il aura 17 ans le 28 juin)
  • Eleonore, qui écrit aussi en amateur sur la Communauté Plume d'Argent (en espérant qu'elle pourra convaincre son copain de lire aussi, même s'il ne lit pour l'instant que des BD comme Nains - une très bonne série, ceci dit en passant)
  • Clara et Alex, offert par Stéphanie, une fine psychologue en goûts littéraires
  • Laura, qui le prêtera à sa mère, et réciproquement
  • Fanny et Rémy (avec des "y", comme dans Danny), qui le liront pour des raisons différentes
  • Loïc, qui lit de tout, et qui était attiré par l'utilisation de l'Histoire de Nantes dans les deux premiers textes
  • Loïc (encore un), qui mange régulièrement dans un restaurant qui s'appelle le "Transbordeur", probablement en lien avec l'ancien pont transbordeur de Nantes que je mets en scène dans "Drapeau blanc", la deuxième nouvelle du recueil
  • Marielle, une femme d'une trentaine d'années qui recevait là sa première dédicace !
  • Viviane, kiné de son métier, qui aura bien l'obligeance de la prêter à sa sœur qui lui a offert en cadeau ;)
  • Karine (avec un K, comme dans Mienski), qui revient de plusieurs années au Sri Lanka, et qui aimera en particulier "Le chemin rouge", à cause des ponts entre les époques et les pays, même si les trois récits ont un lien entre eux
  • - ...


Je remercie aussi tous ceux qui, sur Facebook, m'ont donné de judicieux conseils avant d'entamer cette journée de dédicace : Sylvie, Jean-Hugues, Jérôme, Loïc, Valérie, Anne-Laure, Michelle, Thérèse, Vanessa et Linda !

Prochaine dédicace prévue : le 21 octobre 2017 à la Librairie l'Odyssée à Vallett (où mon recueil est déjà disponible), en compagnie de Vanessa Terral et de Camille Lonfure

Prochain salon prévu : le dimanche 15 octobre 2017 au Salon du Livre de Drefféac (44530)


Vous ne souhaitez pas attendre ? Vous pouvez aussi vous procurer le livre en librairie ou par Internet :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Eloge du vouvoiement

Ringard, le vouvoiement ? Le "vous" serait-il condamné à disparaître, comme le panda et l'éléphant d'Afrique ? Reconnaissons-le, le vouvoiement impose d'office une distance, une division des espèces. Il rappelle l'aristocratie, la relation de maître à serviteur. On ne veut plus vouvoyer car on ne veut plus de cette forme d'autorité, des relations à sens unique. On veut communiquer d'égale à égale entre deux amis potentiels, tu1 et tu2. Tu=tu Le tutoiement systématique, la féminisation des mots et le mariage gay sont les trois symboles du changement de paradigme qui s'opère sous nos yeux. Exit la société patriarcale et bienvenu dans le village planétaire. Celui où le personnel côtoie le privé. Où l'intime se donne à voir sur les réseaux sociaux. Les relations sont horizontales, la pyramide sociale a été remplacée par un monde plat. C'est plus simple, c'est plus sympathique, c'est plus rapide aussi. Mais n'a-t-on

Mon péché mignon : les livres anciens

Seigneur, pardonnez-moi parce que j'ai péché... Je collectionne les livres anciens. Vous savez, les vieux livres qu'on trouve sur les établis des brocanteurs, ou rangées dans des caisses encore pleines d'araignées dans les vide-greniers.  Ils sentent quelque fois le moisi, leurs couvertures en carton peuvent être abîmées ou tâchées, les pages sont jaunies par le temps, avec quelque fois de jolies rousseurs sur certaines pages. Je l'avoue, j'aime ce qui est vieux et décrépi, j'aime sentir sous mes doigts le contact pâtinée d'une page qui aura eu d'autres lecteurs, j'aime respirer le parfum du siècle passé, j'aime regarder des photographies en noir & blanc, imprimée par d'étranges machines, sur des pauses extrêment longues, ou toucher du doigt les gravures, parfois protégées d'un voile transparent, comme dans les anciennes Bibles. Tous les livres anciens ne se valent pas. Certains sont rares avec beaucoup de valeur (essaye

Premier jour : l'idée, l'intrigue et ça démarre !

80 jours pour écrire un livre. Première journée. Il a fait beau, pas trop non plus, juste ce qu'il faut pour garder le moral sans avoir envie de partir à la plage. Je suis sorti écrire sur le balcon. J'avais besoin de poser mes idées sur le papier. J'ai hésité entre le stylo et le crayon de bois. J'ai redécouvert il n'y a pas très longtemps le plaisir d'écrire au crayon gris. C'est gras, c'est doux, c'est chaud... mais on a du mal à se relire. J'ai utilisé le stylo. Noir pétrole. Plastique Mou. Même pas froid. Tiède. C'était moins agréable mais je pouvais me relire. Qu'est-ce que j'ai écrit cette première journée ? En fait, j'ai surtout pensé et discuté avec ma compagne (désolé, mesdames !) de mes idées de scénario, du thème du concours. Le thème du courage, c'est joli, mais c'est aussi assez abstrait. Ca bloque un peu quand on ne veut pas écrire un essai mais une histoire, avec des lieux physiques, des personnage