Accéder au contenu principal

Comment j'ai écrit "Dieu joue du saxophone"

Voulez-vous connaître des secrets d'écrivain, comment j'ai écrit ma nouvelle "Dieu joue du saxophone", lauréate du concours de nouvelles organisé par les éditions Assyelle en hommage à Philip K. Dick et publiée en 2013 dans le recueil Dimanche au bord du monde, et autres nouvelles ? Ne vous inquiétez, il n'y a pas de spoiler et de toute façon, j'ai intégré une appli d'effacement de la mémoire à la fin de l'article :)

Comment j"ai trouvé l'idée de la nouvelle

Philip K. Dick étant mon auteur préféré, je ne voulais pas me louper, il fallait que je sois publié sur ce concours. J'ai donc commencé par relire quelques nouvelles de l'auteur avant de m'en éloigner. J'ai réfléchi à la manière d'actualiser les thématiques de l'auteur, comme le proposait l'éditeur. J'avais envie de traiter du trucage de la réalité et j'ai pensé aux objets de la vie courante. Associée à théorie des mondes parallèles de la physique quantique, je suis arrivé sur la piste du LHC à Genève et mon imagination a fait le reste (merci à elle !).

Comment j'ai construit le plan de la nouvelle

J'ai alterné le point de vue de deux époques différentes, étant entendu que l'une se situerait dans l'Amérique des années 30, l'autre dans le présent. C'est une méthode très efficace pour donner un rythme. 

J'ai effectué des recherches sur les expériences en cours sur le boson de higgs et je me suis aperçu qu'il y avait des orages au-dessus de Genève en 2012, comme dans ma nouvelle, j'ai donc essayé de faire coller les dates du récit à celles de la météo, et tant pis si l'histoire devait se dérouler avant la date de publication du recueil ! Ce serait un texte de rétro-fiction, une uchronie en somme, à moins que ce que je décrive ne soit vraiment arrivé... :)

Genève 2012, photographie reproduite avec l'aimable autorisation de l'auteur,
le photographe Christophe Suarez (http://www.chasseurs-orages.com/)
J'ai entendu la chanson V.A.L.I.S. de Bloc Party qui venait de sortir, je me suis permis d'intégrer certaines paroles dans le cours de mon récit. VALIS fait en effet référence à SIVA (VALIS en anglais) de Philip K. Dick dans sa trilogie divine.

J'ai rajouté en exergue une citation d'Alexandra David-Neel provenant d'un livre trouvé sur une brocante. Ce passage m'avait marqué et j'avais trouvé qu'elle collait parfaitement à l'histoire (je peux même me demander si cette citation n'a pas fait lentement son chemin dans mon inconscient et si ce n'est pas cette citation qui a précédé l'idée de la nouvelle ?). C'est aussi une dame que j'apprécie beaucoup.



Comment j'ai travaillé le style

Stephen King dit qu'il faut assécher son style, retirer les adjectifs inutiles et enlever 10% de sa première version. Alors j'ai taillé, coupé, élimé, frotté, poli... C'est particulièrement valable pour le format "nouvelle" où chaque mot a son importance. Il faut être concis mais aussi efficace dès le début de l'histoire. C'est, je trouve, très formateur. On aura sans doute moins de difficulté à couper son propre texte quand on passer au format "roman".

Si vous avez lu ma nouvelle, vous aurez remarqué l'importance du climat, de la tempête, des orages... C'était très important de lui donner une place dans le texte, un peu comme un personnage à part entière, étant donné le thème de la nouvelle, la passivité d'un des deux protaganistes, la montée du suspense vers la catastrophe finale. Je suis adepte de la double révélation : ce qui est en haut est comme ce qui se passe en bas, ce qui se passe dans le monde extérieur est aussi ce qui se passe à l'intérieur de l'individu, celui qui se rend compte des événements s'en rend compte précisement parce qu'il est quelqu'un de particulier... Je suis ici l'exemple des grands maîtres du fantastique comme H. P. Lovecraft, une autre de mes lectures favorites.



Comment je me suis documenté

Ma nouvelle se situe (en partie) à Bruxelles, je me suis donc promené sur google map pour pouvoir situer le déplacement des mes personnages, connaître le nom des rues et des bâtiments, des informations qui ne se retrouvent pas toutes dans ma nouvelle mais qui me permettaient de mieux visualiser les scènes et d'améliorer mes descriptions.

Concernant les bâtiments de recherche sur le LHC, je me suis inspiré de mes propres souvenirs des bâtiments universitaires à Jussieu (Paris VII-Denis Diderot) où j'ai étudié pendant quelques années. En puisant dans mes souvenirs, la scène devenait encore plus réelle à mes yeux, elle avait donc plus de chances d'avoir aussi cette qualité pour mes lecteurs, à condition d'arriver à rendre mes impressions par écrit, évidemment, mais c'est la tâche de l'écrivain, non ? Voilà comment se mélange le réel et la fiction...

Jussieu à Paris


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Toute toute première fois (à la radio)

Mon premier entretien radiophonique a été diffusé samedi matin sur Alternantes FM. Animée par Daniel Raphalen, l'émission "Bouquins en Bretagne" permet de découvrir des auteurs régionaux. L'animateur s'appuie en général sur les dernières parutions, mais des thèmes plus larges sont parfois abordés, comme l'édition. Les auteurs sont souvent deux ou trois à être invités, ce qui permet de belles rencontres comme celle que j'ai pu faire. J'étais en effet en compagnie de Rémi Devallière, un auteur de romans policiers qui se déroulent dans les années 90 et, pour la plupart, dans différentes villes de la côte bretonne (sauf un à Paris).

Pour écouter le postcast :
https://www.alternantesfm.net/emissions/bouquins-bretagne-invites-remi-devalliere-danny-mienski/
J'interviens dans la seconde partie, après la pause musicale, à 35:25, mais je vous incite à écouter Rémi Devallière, la façon dont il parle de son ancien métier (médecin, y compris dans l'humanit…

Un salon du livre et une rencontre d'auteurs pour octobre

Mes deux prochains rendez-vous ! Au plaisir de vous y voir :)
Dimanche 15 octobre 2017 : salon du livre
Drefféac est une commune de Loire-Atlantique près de Pontchâteau. Avec d'autres membres d'un collectif d'auteurs dont je fais partie, nous allons covoiturer pour partir de Nantes. C'est le temps d'une petite heure. J'ai hâte de découvrir ce salon et ses environs, ça a l'air d'une charmante petite ville !
Pour votre GPS : Espace culturel et sportif, rue du Stade, 44530 Drefféac.


Partager l'événement sur Facebook
Samedi 21 octobre 2017 : rencontre-dédicace
Le mois d'octobre sera le Mois de l'Imaginaire, cela c'est décidé cette année. Les Etats généraux de l'imaginaire se tiendront tout de suite après, début novembre, à l'occasion des Utopiales. C'est l'occasion pour les éditeurs, les auteurs et les libraires de faire connaître au grand public la richesse des littératures de l'imaginaire. Je remercie donc la librairie L&…

Quelques pensées pour 2018

2018 vient de pointer le bout de son museau, la bête est petite mais elle ne demande qu'à grossir. Bientôt, elle dévorera l'année entière, comme un gigantesque fromage. Bien malin le renard qui réussira à lui en reprendre un morceau.

Pourtant, réjouissons-nous. Le monde est vieux, la banquise fond, le Glyphosate sera encore commercialisé cinq ans en Europe, mais aujourd'hui, oui, aujourd'hui et chaque jour qui suit, nous sommes une année plus jeunes que l'année prochaine !
Le monde est vieux, mais ses enfants sont jeunes.
Un moratoire vient d'être voté pour empêcher la pêche en Antarctique et permettre aux espèces animales de s'y reproduire, en aviez-vous entendu parlé ? Les bonnes nouvelles existent, il suffit de les chercher.
Mieux encore : les bonnes nouvelles existent, il suffit de les créer.
En tant qu'écrivain, que jeune écrivain devrais-je dire (car je ne suis qu'au début de ma carrière), mes projets s'orientent naturellement vers l'écrit…