Accéder au contenu principal

Comment j'ai écrit "Dieu joue du saxophone"

Voulez-vous connaître des secrets d'écrivain, comment j'ai écrit ma nouvelle "Dieu joue du saxophone", lauréate du concours de nouvelles organisé par les éditions Assyelle en hommage à Philip K. Dick et publiée en 2013 dans le recueil Dimanche au bord du monde, et autres nouvelles ? Ne vous inquiétez, il n'y a pas de spoiler et de toute façon, j'ai intégré une appli d'effacement de la mémoire à la fin de l'article :)

Comment j"ai trouvé l'idée de la nouvelle

Philip K. Dick étant mon auteur préféré, je ne voulais pas me louper, il fallait que je sois publié sur ce concours. J'ai donc commencé par relire quelques nouvelles de l'auteur avant de m'en éloigner. J'ai réfléchi à la manière d'actualiser les thématiques de l'auteur, comme le proposait l'éditeur. J'avais envie de traiter du trucage de la réalité et j'ai pensé aux objets de la vie courante. Associée à théorie des mondes parallèles de la physique quantique, je suis arrivé sur la piste du LHC à Genève et mon imagination a fait le reste (merci à elle !).

Comment j'ai construit le plan de la nouvelle

J'ai alterné le point de vue de deux époques différentes, étant entendu que l'une se situerait dans l'Amérique des années 30, l'autre dans le présent. C'est une méthode très efficace pour donner un rythme. 

J'ai effectué des recherches sur les expériences en cours sur le boson de higgs et je me suis aperçu qu'il y avait des orages au-dessus de Genève en 2012, comme dans ma nouvelle, j'ai donc essayé de faire coller les dates du récit à celles de la météo, et tant pis si l'histoire devait se dérouler avant la date de publication du recueil ! Ce serait un texte de rétro-fiction, une uchronie en somme, à moins que ce que je décrive ne soit vraiment arrivé... :)

Genève 2012, photographie reproduite avec l'aimable autorisation de l'auteur,
le photographe Christophe Suarez (http://www.chasseurs-orages.com/)
J'ai entendu la chanson V.A.L.I.S. de Bloc Party qui venait de sortir, je me suis permis d'intégrer certaines paroles dans le cours de mon récit. VALIS fait en effet référence à SIVA (VALIS en anglais) de Philip K. Dick dans sa trilogie divine.

J'ai rajouté en exergue une citation d'Alexandra David-Neel provenant d'un livre trouvé sur une brocante. Ce passage m'avait marqué et j'avais trouvé qu'elle collait parfaitement à l'histoire (je peux même me demander si cette citation n'a pas fait lentement son chemin dans mon inconscient et si ce n'est pas cette citation qui a précédé l'idée de la nouvelle ?). C'est aussi une dame que j'apprécie beaucoup.



Comment j'ai travaillé le style

Stephen King dit qu'il faut assécher son style, retirer les adjectifs inutiles et enlever 10% de sa première version. Alors j'ai taillé, coupé, élimé, frotté, poli... C'est particulièrement valable pour le format "nouvelle" où chaque mot a son importance. Il faut être concis mais aussi efficace dès le début de l'histoire. C'est, je trouve, très formateur. On aura sans doute moins de difficulté à couper son propre texte quand on passer au format "roman".

Si vous avez lu ma nouvelle, vous aurez remarqué l'importance du climat, de la tempête, des orages... C'était très important de lui donner une place dans le texte, un peu comme un personnage à part entière, étant donné le thème de la nouvelle, la passivité d'un des deux protaganistes, la montée du suspense vers la catastrophe finale. Je suis adepte de la double révélation : ce qui est en haut est comme ce qui se passe en bas, ce qui se passe dans le monde extérieur est aussi ce qui se passe à l'intérieur de l'individu, celui qui se rend compte des événements s'en rend compte précisement parce qu'il est quelqu'un de particulier... Je suis ici l'exemple des grands maîtres du fantastique comme H. P. Lovecraft, une autre de mes lectures favorites.



Comment je me suis documenté

Ma nouvelle se situe (en partie) à Bruxelles, je me suis donc promené sur google map pour pouvoir situer le déplacement des mes personnages, connaître le nom des rues et des bâtiments, des informations qui ne se retrouvent pas toutes dans ma nouvelle mais qui me permettaient de mieux visualiser les scènes et d'améliorer mes descriptions.

Concernant les bâtiments de recherche sur le LHC, je me suis inspiré de mes propres souvenirs des bâtiments universitaires à Jussieu (Paris VII-Denis Diderot) où j'ai étudié pendant quelques années. En puisant dans mes souvenirs, la scène devenait encore plus réelle à mes yeux, elle avait donc plus de chances d'avoir aussi cette qualité pour mes lecteurs, à condition d'arriver à rendre mes impressions par écrit, évidemment, mais c'est la tâche de l'écrivain, non ? Voilà comment se mélange le réel et la fiction...

Jussieu à Paris


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Eloge du vouvoiement

Ringard, le vouvoiement ? Le "vous" serait-il condamné à disparaître, comme le panda et l'éléphant d'Afrique ? Reconnaissons-le, le vouvoiement impose d'office une distance, une division des espèces. Il rappelle l'aristocratie, la relation de maître à serviteur. On ne veut plus vouvoyer car on ne veut plus de cette forme d'autorité, des relations à sens unique. On veut communiquer d'égale à égale entre deux amis potentiels, tu1 et tu2. Tu=tu Le tutoiement systématique, la féminisation des mots et le mariage gay sont les trois symboles du changement de paradigme qui s'opère sous nos yeux. Exit la société patriarcale et bienvenu dans le village planétaire. Celui où le personnel côtoie le privé. Où l'intime se donne à voir sur les réseaux sociaux. Les relations sont horizontales, la pyramide sociale a été remplacée par un monde plat. C'est plus simple, c'est plus sympathique, c'est plus rapide aussi. Mais n'a-t-on

Mon péché mignon : les livres anciens

Seigneur, pardonnez-moi parce que j'ai péché... Je collectionne les livres anciens. Vous savez, les vieux livres qu'on trouve sur les établis des brocanteurs, ou rangées dans des caisses encore pleines d'araignées dans les vide-greniers.  Ils sentent quelque fois le moisi, leurs couvertures en carton peuvent être abîmées ou tâchées, les pages sont jaunies par le temps, avec quelque fois de jolies rousseurs sur certaines pages. Je l'avoue, j'aime ce qui est vieux et décrépi, j'aime sentir sous mes doigts le contact pâtinée d'une page qui aura eu d'autres lecteurs, j'aime respirer le parfum du siècle passé, j'aime regarder des photographies en noir & blanc, imprimée par d'étranges machines, sur des pauses extrêment longues, ou toucher du doigt les gravures, parfois protégées d'un voile transparent, comme dans les anciennes Bibles. Tous les livres anciens ne se valent pas. Certains sont rares avec beaucoup de valeur (essaye

Premier jour : l'idée, l'intrigue et ça démarre !

80 jours pour écrire un livre. Première journée. Il a fait beau, pas trop non plus, juste ce qu'il faut pour garder le moral sans avoir envie de partir à la plage. Je suis sorti écrire sur le balcon. J'avais besoin de poser mes idées sur le papier. J'ai hésité entre le stylo et le crayon de bois. J'ai redécouvert il n'y a pas très longtemps le plaisir d'écrire au crayon gris. C'est gras, c'est doux, c'est chaud... mais on a du mal à se relire. J'ai utilisé le stylo. Noir pétrole. Plastique Mou. Même pas froid. Tiède. C'était moins agréable mais je pouvais me relire. Qu'est-ce que j'ai écrit cette première journée ? En fait, j'ai surtout pensé et discuté avec ma compagne (désolé, mesdames !) de mes idées de scénario, du thème du concours. Le thème du courage, c'est joli, mais c'est aussi assez abstrait. Ca bloque un peu quand on ne veut pas écrire un essai mais une histoire, avec des lieux physiques, des personnage