Accéder au contenu principal

Une vie de rêve à paraître en recueil en 2015 !

Cela fait deux ans que je participe activement à des concours de nouvelles ou des appels à texte, et deux ans que je suis régulièrement classé parmi les lauréats (pourvu que ça dure !), soit ma 5e nouvelle publiée en anthologie.

Ma nouvelle "Une vie de rêve" fera partie du recueil Nouvelles mortelaises - tome 1 suite au concours de nouvelles organisé par Maryse Bouzet à l'occasion du 3e salon du livre 2014 de Mortroux (23). Le concours étant organisé par une association (Les Créations Mortelaises) et non pas un éditeur, l'ouvrage collectif sera édité par par le biais d'Edilivre, une plateforme de publication qui fait tout pour gagner en notoriété et devenir un éditeur à part entière.

Lors de son dernier concours de nouvelles, "48 heures pour écrire", qui s'est clôt en novembre dernier, Edilivre a reçu les textes de 2086 participants ! Pour ma part, j'attribue le succès d'Edilivre au développement du livre numérique, de l'auto-édition et du poids de plus en plus grand des avis de lecteurs dans les décisions d'achat...

Ma nouvelle s'écarte (pour une fois) de la SF et du roman historique pour explorer le vaste domaine de la littérature blanche, entre poésie, nostalgie et humour. Cela veut-il dire qu'il faut prendre le titre, "Une vie de rêve" au second degré ? Je vous laisse la surprise en le découvrant dans le recueil...

Pour l'instant, nous en sommes à la phase de relecture. La maquette de couverture ressemble pour l'instant à ceci :



Pas très coloré, me direz-vous, mais la littérature blanche diffère aussi de science-fiction et de la fantasy par ses couvertures plus minimalistes. Je ne pense pas seulement à la couverture crème des éditions Gallimard, mais aussi aux géométries originales des éditions Zulma dont je me suis servi pour illustrer cet article.

C'est joli, n'est-ce pas ? ;)



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

A réécouter en postcast : mon interview sur Radio Fidélité

Radio Fidélité, c'est une radio locale qui émet notamment à Nantes, Pornic et Châteaubriant. L'entrée du bâtiment est très discrète, cachée derrière une porte cochère. J'ai eu la bonne surprise de découvrir une véritable bibliothèque dans les murs de la radio. Bref, j'étais chez moi :)
J'ai accepté avec grand plaisir l'invitation de Myriam. Elle savait que j'avais publié un Guide des éditeurs de fiction en 2015, dans le cadre de mes activités au sein de l'association Le Cercle des écritures de Nantes. Comme nous avions beaucoup parlé d'autoédition pour préparer l'émission, je pensais que l'entretien allait tourner autour de cette question, mais l'entretien, très varié, a été l'occasion de parler de mon recueil Les Temps maudits, de l'évolution de ma relation aux lecteurs, ainsi que de l'association des Romanciers nantais, dont je suis également membre (je fais même partie du CA depuis peu).
L'émission a été diffusée le jo…

Qui a tué Willy Wolf ?

Il est parfois étrange de voir comment la réalité rejoint la fiction. Lorsque j'avais écrit "Drapeau blanc", le second récit des Temps maudits, je m'étais documenté sur l'ancien pont transbordeur de Nantes. L'histoire se déroule au début du 20ème siècle. Joseph, un ancien légionnaire, tombe amoureux de Carmen, une trapéziste. Ils vont grimper la nuit sur le pont transbordeur. Ce sera le point culminant de l'histoire mais je n'en dis pas plus.



Or, il se trouve qu'en 1925, un certain Willy Wolf, ancien légionnaire lui-même et acrobate, va monter la nuit sur le pont transbordeur pour effectuer un saut périlleux. Il y aura un accident et son corps disparaîtra dans la Loire...



Cette tragédie a marqué les esprits à l'époque. De nombreuses cartes postales ont circulé, représentant Willy Wolf dans son habit d'acrobate à tête de mort (!).  Stéphane Pajot, écrivain, journaliste à Presse Océan et auteur de nombreux livres sur l'histoire de Nante…

Mon péché mignon : les livres anciens

Seigneur, pardonnez-moi parce que j'ai péché...
Je collectionne les livres anciens. Vous savez, les vieux livres qu'on trouve sur les établis des brocanteurs, ou rangées dans des caisses encore pleines d'araignées dans les vide-greniers.  Ils sentent quelque fois le moisi, leurs couvertures en carton peuvent être abîmées ou tâchées, les pages sont jaunies par le temps, avec quelque fois de jolies rousseurs sur certaines pages.
Je l'avoue, j'aime ce qui est vieux et décrépi, j'aime sentir sous mes doigts le contact pâtinée d'une page qui aura eu d'autres lecteurs, j'aime respirer le parfum du siècle passé, j'aime regarder des photographies en noir & blanc, imprimée par d'étranges machines, sur des pauses extrêment longues, ou toucher du doigt les gravures, parfois protégées d'un voile transparent, comme dans les anciennes Bibles.
Tous les livres anciens ne se valent pas. Certains sont rares avec beaucoup de valeur (essayez de retrouver …